Les études à évaluer les alternatives battent leur plein

En juin 2019, nous publiions la note de cadrage qui explique en détail les différentes alternatives et variantes relatives au réaménagement du Ring Nord. Afin de pouvoir évaluer toutes ces possibilités, plusieurs études ont été initiées à l’automne : le rapport sur les incidences environnementales du plan (RIE-plan), l’analyse socio-économique coûts/bénéfices, le rapport de sécurité spatiale et un « futureproof-scan ». Elles permettront de peser les différentes alternatives les unes par rapport aux autres.

"Dans l’évaluation des différentes alternatives et variantes, les objectifs du plan jouent un rôle important", déclare Veerle Van Hassel, planificateur spatial auprès du département Omgeving. "Dans la note de départ, publiée en mai 2018, nous décrivons en quatre objectifs du plan ce que nous entendons réaliser avec le réaménagement du Ring : une infrastructure logique et sûre, une meilleure qualité de vie autour du Ring, une accessibilité multimodale de la région et une intégration paysagère améliorée de l’infrastructure."

"Au sein de l’équipe, nous avons ressenti la nécessité de concrétiser ces objectifs. Pour ce faire, nous nous sommes mis en action avec divers groupes d’acteurs et le panel citoyen. Nous avons relié plusieurs questions d’enquête et paramètres à chaque objectif du plan. Lorsque nous examinons l’accessibilité multimodale, nous pouvons par exemple vérifier dans quelle mesure une alternative est suffisamment flexible pour intégrer des transports en commun, mais aussi dans quelle mesure elle permet les Points Mob. De cette manière, nous avons scindé tous les objectifs en différentes facettes et nous disposons de meilleurs outils pour comparer les alternatives."

"Ces alternatives et variantes sont le résultat d’une étude approfondie, mais aussi d’une large participation et d’une collaboration intense", explique Nele Degraeuwe, directeur de programme chez De Werkvennootschap. "Nous devons pouvoir confronter toutes ces solutions possibles aux objectifs du plan. Pour cela, nous puisons les données des différentes études qui ont été entamées : le RIE-plan, l’analyse socio-économique coûts/bénéfices, le rapport de sécurité spatiale et le "futureproof-scan". La force motrice de ces études est la recherche de projet, menée par l’équipe du plan et MoveR0, afin d’explorer les possibilités et d’optimiser les alternatives."

Une des études en cours est le rapport sur les incidences environnementales. "Nous y examinons le possible impact des alternatives et variantes sur l’environnement au sens large du terme", déclare Cedric Vervaet, coordinateur REI chez Antea.

"Une enquête REI couvre plusieurs disciplines que vous pouvez diviser en trois groupes. Il y a les disciplines spatiales qui incluent notamment l’impact sur le sol, la gestion de l’eau, le paysage et la biodiversité, mais aussi l’agriculture et l’activité économique. Dans le groupe des disciplines liées à la qualité de vie, nous retrouvons la mobilité, l’air et le bruit. Nous vérifions dans ce cas combien de personnes y gagnent/y perdent selon les différentes alternatives sur le plan de qualité de l’air et du bruit. Pour finir, nous examinons également l’impact sur le climat. Sur la base de plusieurs scénarios climatiques, nous réalisons une extrapolation pour 2030, 2050 et 2100 afin de vérifier dans quelle mesure les solutions peuvent être adaptées à un climat changeant. Nous examinons également dans quelle mesure elles contribuent aux objectifs de réduction des émissions de CO2 de la Flandre et de Bruxelles."

"Nous évaluons dès lors l’impact de toutes les alternatives et variantes sur les diverses disciplines. Au cours de cette phase, nous identifions aussi quelles mesures d’atténuation seront nécessaires et où."

"Nous attendons les résultats du REI-plan, mais aussi des autres études en cours à l’automne", ajoute Nele Degraeuwe. "À ce moment, nous pourrons adapter les alternatives sur la base de tous ces résultats. Il est bien possible qu’une alternative optimisée ou une nouvelle "alternative puzzle” en découle, permettant d’opter pour une autre alternative par sous-zone géographique. Mais cela ne ressortira qu’après le traitement de tous les résultats."

Lire plus sur:

Qui est…
• l’équipe du plan : elle se compose du département Omgeving et de De Werkvennootschap
• MoverR0 : une association momentanée de Sweco et Arcadis, travaillant en sous-traitance avec Mint nv, Stedenbouw & Architectuur Frank Van Hulle, Zwarts & Jansma Architects et Cluster Landschap & Stedenbouw
• Antea et Tractebel : ces bureaux d’études effectuent l’enquête RIE conjointement.