Aller travailler à vélo, c’est l’avenir

Interview croisée avec Nele Tierens et Frederik Depoortere

La Flandre aime rouler à vélo. Pendant le week-end, il vous suffit de vous rendre en ville ou à la campagne pour les voir : les personnes qui font leurs courses à vélo, les pelotons qui passent à toute vitesse, les cyclotouristes qui profitent du paysage... Les cyclistes envahissent les rues en un temps record. Mais maintenant que les embouteillages augmentent, il semble que nous soyons de plus en plus nombreux à sortir le vélo aussi en semaine. Cette impression est-elle réelle ? Nous avons posé la question à Nele Tierens, collaboratrice Mobilité de la province du Brabant flamand, et Frederik Depoortere, Manager vélo auprès de Bruxelles Mobilité.

Est-ce que l’on roule effectivement plus à vélo en Flandre et à Bruxelles depuis quelques années ? 

Nele: En effet, le nombre de cyclistes augmente dans le Brabant flamand. Cette tendance ressort tant de l’enquête fédérale sur les déplacements domicile-travail que de nos propres relevés. Pour évaluer la situation, la province effectue des recensements sur les véloroutes depuis 2012. Concrètement, sur la F3, la véloroute qui relie Louvain à Bruxelles, le trafic cycliste a augmenté de 24 % en l’espace de cinq ans.

Frederik: En Région de Bruxelles-Capitale aussi, le nombre de cyclistes a augmenté ces vingt dernières années, surtout pour les trajets domicile-travail et les courtes distances.

“Le vélo doit pouvoir rivaliser avec la voiture en termes de confort, mais aussi de temps de parcours.”

Une évolution positive, donc. Que faire pour accentuer encore cette tendance ?

Frederik: D’après les sondages, à Bruxelles, c’est surtout la pression automobile, le sentiment d’insécurité et l’absence d’infrastructures cyclables qui freinent les gens. Dans ce cadre, je suis ravi de vous annoncer que les parkings vélos des stations Bourse et De Brouckère seront terminés fin 2018. Un point vélo et un atelier seront également ouverts.

Nele: Il est en effet essentiel d’avoir des infrastructures sécurisées et de qualité car, pour convaincre plus de gens, le vélo doit pouvoir rivaliser avec la voiture. Tant en termes de confort que de temps de parcours. C’est pourquoi la F3 qui relie Louvain à Bruxelles parallèlement à l’E40 et à la N2 – deux axes saturés – a un potentiel énorme.

Les véloroutes aménagées dans le cadre des Travaux sur le Ring sont donc une bonne nouvelle ?

Frederik: Les véloroutes offrent pas mal d’opportunités : elles permettront à l’avenir de traverser le Ring plus facilement et en toute sécurité. Il sera également plus facile d’atteindre à vélo l’aéroport et les zones industrielles situées le long du Ring. Les véloroutes sont aussi intéressantes pour ceux qui veulent combiner vélo et transport en commun.

Nele: En outre, certaines véloroutes vont devenir plus rapides. Les nouvelles véloroutes porteront le logo F et la signalisation correspondante, comme les autres véloroutes de Flandre. La lisibilité sera ainsi améliorée. En outre, les véloroutes seront plus visibles pour les « pas-encore-cyclistes ». Fin mai, les provinces ont également lancé une mise à jour du site fietssnelwegen.be. Vous pouvez y consulter une carte de toutes les véloroutes, avec des informations sur les études et les travaux. 

Comme vous l’avez déjà fait remarquer, les véloroutes sont également une bonne nouvelle pour de nombreuses entreprises : les travailleurs pourront les emprunter pour leurs trajets domicile-travail. Mais sont-elles vraiment prévues pour cela ?

Nele: Pour les nouvelles véloroutes, on se base sur une largeur de 4 mètres. Nous devons tenir compte à la fois des vélos électriques, plus rapides, qui sont de plus en plus souvent utilisés pour les trajets domicile-travail, des remorques vélos et des triporteurs, plus larges, ainsi que des cyclistes récréatifs qui aiment rouler côte à côte. Les écoliers et les piétons doivent également pouvoir emprunter les véloroutes en toute quiétude. C’est pourquoi nous plaidons toujours pour l’aménagement de véloroutes plus larges. Nous sommes ainsi certains qu’elles résisteront à l’épreuve du temps

“De plus en plus de communes introduisent des zones 30. Il y a donc une évolution positive.”

Et si l’on regarde plus loin que l’infrastructure cyclable, quelles autres points « mobilité » pourrait-on améliorer, du point de vue du cycliste ?

Nele: Les cyclistes doivent aussi pouvoir rouler de manière sécurisée et confortable dans une circulation mixte, donc sans infrastructures cyclables séparées. À cause du trafic de contournement, les cyclistes sont oppressés et mis – même si ce n’est parfois que subjectivement – en danger. Le trafic de contournement est également néfaste pour la qualité de vie dans la région. C’est donc une bonne chose que le programme « Travaux sur le Ring » s’y intéresse. Mais il s’agit souvent d’oser prendre de vraies mesures qui limitent la circulation et la vitesse. Nous avons ainsi déjà plusieurs rues scolaires dans le Brabant flamand. Les rues cyclables, où la voiture est « invitée », ont aussi le vent en poupe. Des technologies comme les caméras ANPR permettent également de prendre des mesures très efficaces pour repousser le trafic de transit.

Frederik: Les zones 30 sont en effet très importantes pour les cyclistes, et nous remarquons que les communes sont de plus en plus nombreuses à intégrer ces limitations de vitesse. Il y a donc une évolution positive. En outre, la Brigade cycliste fait un excellent travail dans les différentes communes de Bruxelles. En collaboration avec l’agent de quartier, cette brigade peut résoudre rapidement et efficacement les problèmes des citoyens.  

Les entreprises aussi se mettent en selle

Il faut plus que de meilleures infrastructures pour convaincre les gens d’utiliser le vélo. 

Nele: Il est très important de continuer à associer les entreprises au programme « Travaux sur le Ring » et de les encourager à opter pour le vélo. Grâce au « Fietstest » de la province, les entreprises du Brabant flamand peuvent permettre à leurs employés de tester différents vélos pendant trois semaines. Cette expérience positive peut les convaincre d’utiliser plus souvent le vélo pour leurs trajets domicile-travail. Mais des mesures fiscales combinées à une politique de stationnement bien pensée peuvent également être utiles. Si les voitures de société deviennent moins intéressantes et si des projets comme le « cash-for-car » et le budget mobilité ont plus de succès, nous pourrons convaincre de nombreux travailleurs d’opter pour le vélo. Note de l'éditeur: Les entreprises qui ont des questions sur leur propre politique de mobilité ou sur les travaux prévus sur le Ring peuvent contacter New Mobility Network.

Travaux sur le Ring : des véloroutes sous, sur et le long du Ring

 
Dans le cadre des Travaux sur le Ring, nous allons combler plusieurs chaînons manquants du réseau cyclable :
  • Depuis septembre 2019, les cyclistes circulent de manière fluide et sûre sur la première partie de la F28. Une véloroute de 4 mètres de large, séparée de la route par un accotement vert, est désormais aménagée sur un tronçon de 3 kilomètres longeant l'A12 à Meise et à Grimbergen. À terme, la F28 reliera Bruxelles à Willebroek.
  • La première phase des travaux de la F23 a débuté en décembre 2019. La partie de la véloroute en cours de construction longe le Willebroekse Vaart entre Vilvorde et Grimbergen, entre le domaine des Trois Fontaines et le Pont brûlé. La deuxième phase des travaux, de l’avenue des Croix de feu au Pont brûlé, débutera au printemps 2021.
  • La F3 ou HST-route longe la ligne ferroviaire à grande vitesse reliant Louvain et Bruxelles. La construction de la première partie commencera en été. Nous allons notamment construire une nouvelle passerelle cyclable au-dessus du Ring de Bruxelles. Les chaînons manquants de l'itinéraire seront éliminés et nous prévoyons une connexion vers le zoning Keiberg-Kouterveld. Les travaux sur cette véloroute ont commencé début juin 2020.
  • Les travaux sur la première partie de la F202 le long du côté est de la R22 ont commencé en avril 2019. Cette véloroute reliera à terme Zaventem à Kraainem et communiquera, une fois réalisée, avec deux autres véloroutes : la F203 menant à la Région de Bruxelles-Capitale et la F3 entre Bruxelles et Louvain.
  • La F203 assurera une liaison cyclable verte entre Bruxelles, Zaventem et Kraainem, reliant la F202 le long de la R22 à la future piste cyclable le long de la E40 dans la région de Bruxelles-Capitale. En avril 2020, les travaux ont commencé sur le premier tronçon de la véloroute à Zaventem et Kraainem.
Mais ce n'est pas tout

Plusieurs projets de véloroutes sont encore en phase d'étude. Nous développons des projets pour la F2 entre Dilbeek et Grand-Bigard, pour la passerelle cyclable au-dessus de l'A201 à Machelen et pour la prolongation de la F203 entre Louvain et Bruxelles. Divers projets cyclables sont également en cours de réalisation sur le côté est du Ring afin que les cyclistes puissent pédaler en toute sécurité vers et depuis Bruxelles. Plusieurs permis d’environnement sont en cours d’élaboration et des travaux d’amélioration temporaires de la F29, du côté ouest de l’avenue de Tervueren, débuteront déjà à l’automne.