Alternatives à l’étude pour le Ring de Bruxelles

Outre les nombreux investissements pour les transports en commun, les véloroutes et la viabilité dans la région du Ring, le programme des Travaux du Ring inclut le réaménagement du Ring en lui-même. De Werkvennootschap prévoit d’investir dans la viabilité, les liaisons vertes, les liaisons cyclables et les transports en commun. Cela implique une série de procédures et, actuellement, l’analyse de plusieurs alternatives.

Objectifs

Pour le réaménagement du Ring, un processus de planification intégré a été mis en place, nécessaire pour modifier les destinations des transports en commun à l’aide d’un nouveau plan d’exécution spatial (PES). Nous y formulons une série d’objectifs autour de la sécurité routière et de la fluidité du trafic, de la qualité de vie, de l’accès multimodal et de l’intégration paysagère.

Pour atteindre ces objectifs, nous avons rédigé un plan de base. Pour le réaménagement du Ring, un avant-projet prévoit une séparation entre circulation de transit et circulation locale, avec respectivement trois et deux bandes dans chaque direction, ainsi que la création de connexions (écoducs) au dessus du Ring, l’aménagement de liaisons cyclables sur et sous le Ring, l’amélioration du réseau vert et bleu,…

Ce processus intégré de planification nécessite la participation de la population, des communes, des groupes d’intérêts et de toutes les autres parties concernées. En juin et en juillet 2018, nous avons organisé une consultation publique. Nous avons étudié les différents avis collectés et, sur cette base, avons formulé une série d’alternatives.

Ces alternatives, en cours d’analyse, sont une autre façon d’atteindre nos objectifs : le nombre de bandes de circulation, les modifications éventuelles par rapport au profil en long (hauteur du Ring par rapport à son environnement), les zones du Ring que l’on pourrait couvrir ou le nombre et l’emplacement des bretelles d’accès au Ring.

Toutes les alternatives sont étudiées 

Pour le moment, nous analysons ces alternatives en termes de faisabilité technique. Nous essayons également de déterminer dans quelle mesure elles pourraient répondre à nos objectifs. Les alternatives jugées raisonnables seront ensuite évaluées dans une Étude d’Incidence Environnementale (EIE) indépendante afin de déterminer les effets potentiels de certaines activités ou opérations sur l’homme et l’environnement. Grâce à une analyse coûts-avantages (ACA), nous déterminerons les coûts et avantages non seulement financiers et économiques des différentes alternatives, mais aussi sociaux en matière de viabilité, de qualité de l’air, de nuisances sonores et encore plus. L’EIE et l’ACA seront toutes deux bouclées aux environs de l’été 2019.

Sur base de ces deux études, le gouvernement flamand établira provisoirement un projet de PESR (Plan d’exécution spatial régional) conforme à l’alternative retenue, qui fera ensuite l’objet d’une consultation publique.